Actualité des acteurs

Small is beautiful (ou les 3 raisons d’aimer le microlearning)

Rédigé le 19/11/2019
TIPSnLEARN

Parce que vous connaissez désormais notre appétence à cuisiner vos formations autrement, au menu cette semaine : des Learning Nuggets ! Hum, on va tenter de vous régaler avec ce focus bien relevé sur le microlearning, tendance en plein essor du Digital Learning. De nature courte (entre 2 et 5 minutes), ce contenu de formation peut intégrer ou se présenter sous la forme de différentes modalités (vidéo, elearning, réalité virtuelle, mobile learning, etc). Alors pourquoi, chez TIPS, ce format compte parmi nos recettes préférées ? Parce qu’il est savoureux en termes d’apprentissage, généreux par rapport aux pratiques et besoins actuels et, enfin, parfaitement assaisonné pour préparer l’avènement de l’intelligence artificielle. Bref, on passe à table ?

Plus c’est court, plus… c’est bon (si si)

Incontestablement, microlearning rime avec compréhension et mémorisation. En effet, en conception, ce format oblige à aller encore plus loin dans le découpage, à déployer des unités de sens toujours plus fines. Bien sûr, cela nécessite de garder en mémoire qu’il faut passer les messages de façon globale tout en découpant judicieusement la thématique globale en différentes unités de sens. Objectif : que ces unités forment un tout et soient à la fois compréhensibles seules, indépendamment des autres. En un mot : pour une bonne compréhension, rien ne vaut une bonne découpe en cuisine ! Autre intérêt majeur du microlearning en termes d’apprentissage, la granularisation facilite la mémorisation et l’attention. Vous êtes toujours là ? Car l’info qui va suivre est… étonnante : les contenus de 2 à 5 minutes respectent davantage les capacités de concentration de l’être humain (pour info, elle est à peine plus grande que celle d’un poisson rouge… oui ça fait mal n’est-ce pas mais c’est tellement vrai*). Ainsi, face à ces microsessions, les apprenants se sentent moins obligés de tout assimiler en bloc (on a tous en mémoire ces interminables modules d’elearning aussi vite avalés qu’oubliés), avec la possibilité de les travailler différemment, de mieux les répartir dans le temps en fonction de leur disponibilité mentale. Précisons bien sûr que ce format d’apprentissage aide à la compréhension et stimule l’attention et la mémorisation sous certaines conditions. Le concepteur doit avoir joué le jeu de cette démarche pédagogique et le service formation doit bien accompagner les apprenants dans cette nouvelle façon d’apprendre, mieux répartie dans le temps et moins scolaire (on dit définitivement stop au bourrage de crane). Finalement, ce n’est pas si utopique que cela n’est-ce pas !?

Et tu zappes, zappes, zappes, c’est ta façon d’apprendre**

D’un côté, un besoin de formation de plus en plus tangible, indissociable de la profonde transformation digitale des entreprises. De l’autre, des collaborateurs ayant de moins en moins de temps pour se former. Entre les deux, le microlearning bien sûr ! Oui, le voilà le format idéal qui s’intègre facilement dans une journée de travail (et dans le métro ça marche aussi !), à un moment où l’apprenant en a le plus besoin, est le plus concentré. Incontestablement, le microlearning s’avère parfaitement connecté avec les besoins au poste de travail. Ici encore, cela fonctionne, mais seulement si… seulement si ces contenus courts sont facilement accessibles. Sinon ? « Ça n’marche paaaaas » !

Et puis, avouons que nous avons (un peu) tendance à faire du picorage et du zapping ! Le microlearning n’est-il alors pas le format le plus approprié ? La meilleure réponse aux tendances et usages actuels des dernières générations pour le coup ? Quoique – ce phénomène de zapping ne touche pas uniquement les X, les Y et les Z : toutes les générations semblent gagnées par ces nouvelles pratiques. Bref, les formats courts du microlearning semblent alors parfaitement adaptés pour répondre à ces tendances.

Microlearning + IA = un duo d’avenir ?

Alors, au risque de passer pour des rabat-joie (c’est aussi parce qu’on aime bien ce mot, on avait envie de l’écrire), nous ne pouvons nous empêcher de rappeler que lorsque l’on parle aujourd’hui d’intelligence artificielle, il s’agit exclusivement d’algorithmes prédictifs (et rien d’autre ok). Dès lors, reconnaissons tous les atouts de l’adaptive learning pour l’apprentissage grâce à ses parcours plus pertinents, plus cohérents, plus personnalisés et surtout plus adaptés aux apprenants. Clairement, le microlearning semble être particulièrement adapté, et ce quel que soit son format (vidéo, mini expérience en réalité virtuelle…).

En conclusion, la recette du microlearning c’est très très bon, à condition que tous les autres ingrédients soient réunis. Dans ce cas, et dans ce cas seulement, ce peut être un régal, un délice… un pur bonheur. Sinon, patatra, c’est raté… Et nous voilà à imaginer un monde merveilleux où les modules de formation, à la façon des épisodes de séries télévisées, rendraient les apprenants complètement accros. Viiiiite, la suite ! Alors oui, nous pouvons l’avouer : chez Tips, we have a dream, celui de devenir… les reines du Binge Training 

* “Vous avez probablement la même concentration qu’un poisson rouge” https://www.rtbf.be/lapremiere/article/detail_vous-avez-probablement-la-meme-concentration-qu-un-poisson-rouge?id=10288338

** Sérieux, vous avez cru que nous allions passer à côté ? Allez, musique : https://www.youtube.com/watch?v=PtCNQuX7voA

LES FILLES EN JAUNES !

L’article Small is beautiful (ou les 3 raisons d’aimer le microlearning) est apparu en premier sur La Digital Learning Academy.